Marcel AMONDJI

6.00

Spicilège

  Présentation Deux pays, deux contraires : il y a l’Italie, mais point d’Italiens ; il y a des Belges, mais point de Belgique. Ceux qui croient qu’on leur doit de la reconnaissance pour leurs louanges n’ont jamais aimé sans espoir. L’argent n’a pas d’odeur, dites-vous ? Mais la main qui le donne ? Un enfant sage est celui qui accepte, à trois ans, sans cris, la maîtresse qu’on lui donne de force. Et un voyou, c’est le garçon qui, à vingt ans, en prend une de son propre gré. Si tu prends des deux mains, de laquelle donneras-tu ? A son commencement, ce fleuve majestueux que nous regardons avec une émotion religieuse n’était qu’un fi let d’eau. Un idéal du beau : Que la chose soit belle ; beau le geste qui la crée et beau le sentiment qu’elle suscite en nous. On ne fait pas d’omelette, dit-on, sans casser des œufs. Mais il arrive qu’on casse beaucoup œufs sans qu’il en résulte la moindre omelette. Parce que toute action pour être efficace suppose connaissance, tout appel à l’action doit être aussi un enseignement. Ce que d’aucuns nomment la majorité silencieuse n’existe pas. Il n’y a que des majorités réduites au silence. Les Français ne se reconnaissent vraiment qu’un seul grand homme qui fasse l’unanimité parmi eux. C’était d’ailleurs un Corse.

Description

 

Parution : 08/2012

ISBN : 978-2-916121-46-8

Format (cm) : 10 x 17

Pages : 84

Informations complémentaires

Poids 75 g

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Marcel AMONDJI”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez peut-être aussi…